Après trois ans de préparation, nous voici enfin partis ! Notre départ a été légèrement décalé à cause de chutes de neige exceptionnelles sur l’ensemble de la France ! Plusieurs dizaines de cm sont tombés à Montpellier, notre premier arrêt. Vu le chaos que la neige a engendré dans cette ville de soleil, patienter une demi-journée de plus ne fut pas du luxe. Cette perturbation a un peu cassé notre « cérémonie de départ » ce qui fait que nous n’avons eu l’impression d’un départ qu’une fois que nous sommes sorties de l’union européenne. Une, deux ou trois nuits chez des copains à Montpellier et à Marseille nous ont permis de faire les 1700 premiers kilomètres en douceur et de visiter un peu ces villes.

Vue de trois des principaux points de Marseille, sans oublier le détail naturaliste…!

La première nuit en territoire étranger (Italie) n’a pas du tout été facile. Nous avions fait beaucoup d’autoroute et nous ne savions pas où nous arrêter pour dormir. Il faisait déjà nuit. Le choix à dut se porter sur une aire d’autoroute ou un parking dans le centre d’un village inconnu. Nous choisirons le deuxième. De la neige dehors, pas de toilette (ni de nature) disponible, la fatigue cumulée… de quoi faire augmenter les tensions entre nous deux !

« De la neige!!! Vite une photo! » Déjà trois ans que nous n’en avions pas vu.

Le lendemain, on se détend et on reprend la route. On traverse deux frontières sous la neige (Italie/Slovénie et Slovénie/Croatie), pour enfin trouver du beau temps en Croatie, pays qui conserve tous ses charmes : eau turquoise et transparente, montagnes d’un beige clair et avec un peu de chance pour un mois de Mars, un grand soleil clément!  On y dort encore une deuxième nuit avant notre véritable première pause dans les bouches de Kotor, au Monténégro.

La Croatie, toujours aussi belle!

Pour moi, ce petit pays était jusque-là un mystère : on n’en entend jamais parler au Brésil. Mais quelle belle surprise ! « Ils ont gardé la meilleure partie de la côte Adriatique » furent mes premiers mots à l’entrée des bouches. Grâce aux copains de T’Airs de Jeux, nous avons pu faire un véritable arrêt dans un super bivouac en haut d’une montagne surplombant la ville. Autant en profiter pour quelques jours!

L’orvet géant des Balkans. Une espèce emblématique que nous voulions absolument voir.

On cuisine sur le feu de camp, on détruit nos casseroles, on lave le linge, on se coupe les ongles, on fait la vaisselle, on se douche, on planifie notre passage en Albanie, bref… on fait tout ce qui était en stand-by ces derniers jours ! La visite du centre historique de Kotor et surtout de sa muraille s’élevant à près de 200m vers le château en ruine nous aura donné l’occasion de voir qu’il est temps de refaire du sport… ! Une bonne marche grimpante, mais ça valait le coup ! Nous voici au 11ème jour de voyage. C’est l’heure de partir en Albanie pour y découvrir sa faune sauvage : loups, ours, lynx, pélicans et tant d’autres choses!

Superbe vue sur Kotor depuis notre bivouac trouvé grâce à T’airs de jeux

 

Vous avez un projet de voyage ?

Recevez notre "Check-list Voyage" pour : 

- savoir exactement où vous voulez aller

- surmonter les difficultés

- profiter à fond de votre voyage

- ne pas faire les mêmes erreurs que nous

Surveillez votre boite mail pour valider votre inscription