Nous avons terminé notre aventure d’un mois et demi au Brésil en séjournant dans la plus grande ville du pays et d’Amérique latine : São Paulo ! Là-bas le but était de passer du temps avec une partie de la famille et de nous reposer avant de devoir affronter de nouveau le froid français. Mais nous ne pouvions pas partir sans aller découvrir ce qui se passe dans la région la plus peuplée du continent américain ! Malgré le manque de photo cette semaine, retrouvez de nombreuses vidéo sur nos Vlog Youtube (ici) et sur la page dédiée (ici).

São Paulo présente de nombreuses manifestations artistiques. On peut le voir dans les musées, mais aussi juste en flânant dans les rues. Prenons l’exemple du trésor du street art de São Paulo : le Beco do Batman (l’allée de Batman). Là-bas, on trouve des murs entiers dédiés aux graffitis. Situé dans le quartier de Vila Madalena, il est devenu l’un des lieux touristiques le plus célèbres de la ville, bien plus que beaucoup d’autres endroits où le graffiti règne aussi ! Fréquenté par un public éclectique, il est en constante modification, les artistes recouvrant les œuvres des uns et des autres au fur et à mesure ! Chaque visite devient ainsi une redécouverte du lieu !

Partons de la rue pour aller au musée. Direction le Centro Cultural Banco do Brasil  pour visiter l’exposition de Jean-Michel Basquiat. L’exposition rassemblait 80 œuvres, dont peintures, gravures et dessins de ce peintre américain d’origine afro-antillaise, considéré comme figure importante du néo expressionnisme. Et bien, pour nous son travail est resté quelque peu déroutant principalement par le côté enfantin de son style. Comme il le disait lui-même, « Croyez-le ou non, je sais dessiner. J’essaie de me battre contre ça d’habitude ».

En nous baladant dans le centre économique de la ville, il apparait évident que São Paulo représente le côté travailleur du Brésil : avec une multitude de boutiques toujours plus en concurrence les unes avec les autres, des immeubles de bureaux, des travailleurs « informels » dans les rues, des métros bondés et des personnes toujours pressés. Mais on y trouve aussi des nombreux musées et centres culturels d’entrée gratuite avec toujours de nouvelles expositions. Pour moi, la personnalité de la ville est très claire et se remarque surtout lors de la visite de l’Avenue Paulista. Plus célèbre artère de São Paulo, cette avenue longue de presque 3 km représente sa puissance économique les jours de semaine et son envie de fête le week-end ! La semaine on retrouve une circulation intense avec des milliers de travailleurs, vêtus en costume ou non, qui grouillent dans les rues. Mais le week-end, l’Avenue Paulista se transforme, puisqu’elle est fermée aux voitures le dimanche. Ce jour-là, au lieu de voitures, l’avenue est bondée de piétons, de musiciens, de sportifs et de toute sorte d’artistes !

Pour compenser tout ce ciment et ce béton, São Paulo conserve une grande abondance de parcs et autres zones boisées. Nous en avons visité trois: le parc Aclimação, le parc d’Ibirapuera (un des plus grands parcs urbains de l’Amérique Latine) et le Trianon. C’est dans ces endroits que les gens vont faire du sport, marcher avec la famille ou avec les chiens. Mais pour nous, biologistes, ces parcs sont quelque peu étranges. Certes ils donnent une bouffée de fraicheur lorsque l’on y rentre, les arbres humidifiant l’air et protégeant le sol des radiations du soleil, mais il manque quelque chose… Le désordre ! La nature n’est pas une œuvre d’art sculptée par un artiste respectant les règles esthétiques des premiers, seconds et derniers plans ! Non, la nature se développe partout où elle le peut demandant à son spectateur d’apprendre à en observer la beauté. Combien de temps faut-il à un randonneur pour trouver un beau paysage, un point de vue imprenable ou à simplement voir ce qui ne se présente pas directement à soi. La forêt primaire est loin de ce que l’on imagine : lianes, ronces, branchages dans tous les sens, feuilles mortes partout et une impression de grand vide animal. Même s’ils sont là, les animaux et les plantes sont discrets et pas aussi opulents que dans les parcs de São Paulo ! Une observation supplémentaire s’il en faut de la considération de l’Homme pour la Nature : elle doit être à son image et le satisfaire immédiatement au lieu d’être et de demander patience et connaissances pour en voir les secrets!

Vous avez un projet de voyage ?

Recevez notre "Check-list Voyage" pour : 

- savoir exactement où vous voulez aller

- surmonter les difficultés

- profiter à fond de votre voyage

- ne pas faire les mêmes erreurs que nous

Surveillez votre boite mail pour valider votre inscription